Categories
news Nouvelles

Orion s’éclabousse pour mettre fin à Artemis 1

Mis à jour à 17 h 45 Est après le briefing post-splashdown.

Cinquante ans jour pour jour après l’atterrissage de la dernière mission lunaire Apollo sur la surface lunaire, les plans de la NASA de retourner sur la Lune ont fait un grand pas en avant avec l’amerrissage réussi du vaisseau spatial Orion pour mettre fin à la mission Artemis 1.

Le vaisseau spatial Orion s’est écrasé au large des côtes de la Basse-Californie à 12h40 (heure de l’Est) le 11 décembre, mettant fin au vol d’essai sans équipage d’Artemis 1 de 25,5 jours. L’atterrissage a eu lieu près des forces de récupération dirigées par l’USS Portland, qui transportera la capsule sur le navire pour la ramener au port de San Diego, en Californie.

« Cela a été une mission extraordinairement réussie », a déclaré l’administrateur de la NASA, Bill Nelson, lors d’un briefing environ trois heures après l’amerrissage. « C’est le début du nouveau commencement, et c’est d’explorer les cieux. »

Après la séparation du module de service européen à 12h00. À l’est, la capsule d’équipage Orion a effectué une rentrée « skip », descendant d’abord à une altitude d’environ 60 kilomètres, puis montant à environ 90 kilomètres avant de terminer le reste de la descente. Cette manœuvre est conçue pour réduire les forces g sur le vaisseau spatial et permet une plus grande flexibilité dans le choix d’un site d’atterrissage.

Réussir la rentrée à des vitesses de retour lunaire allant jusqu’à 40 000 kilomètres par heure était l’objectif principal de la mission Artemis 1, car il n’y avait pas d’autre moyen de tester le système de protection thermique de l’engin spatial. « Il n’y a pas d’arcjet ou d’installation aérothermique ici sur Terre de répliquer la rentrée hypersonique avec un bouclier thermique de cette taille », a déclaré Mike Sarafin, responsable de la mission Artemis 1 de la NASA, lors d’un briefing le 8 décembre.

Lors du briefing post-splashdown, Sarafin et Howard Hu, responsable du programme Orion de la NASA, ont déclaré qu’ils commençaient seulement à examiner les données recueillies lors de la rentrée, mais ce qu’ils avaient examiné jusqu’à présent montrait que le système de protection thermique Orion répondait aux attentes. « Je dirais que nous sommes très heureux de ce que nous avons vu jusqu’à présent sur le bouclier thermique », a déclaré Hu.

« Les indications initiales sont très favorables, mais il y a plus devant nous en termes de compréhension exacte de ce que le test en vol de rentrée nous a dit », a déclaré Sarafin.

Sarafin a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve de problèmes entre le moment de la séparation du module de service et l’amerrissage, bien qu’ils aient encore besoin d’examiner les données recueillies lors de deux pannes de communication causées par le plasma de la rentrée, comme prévu. L’atterrissage a eu lieu à moins de 3,9 kilomètres de la cible, selon Hu. La mission devait s’éclabousser dans un rayon de 10 kilomètres.

Après l’amerrissage, Sarafin a déclaré que les équipages n’étaient pas en mesure de récupérer les parachutes ou la porte de la baie avant de la capsule où ils étaient stockés avant qu’ils ne sombrent dans l’océan, mais que les responsables du projet savaient que c’était une possibilité. « Le fait que le déploiement du parachute était entièrement nominal rend vraiment la récupération des parachutes un point discutable », a-t-il ajouté.

Après l’amerrissage, la NASA a prévu de laisser la capsule dans l’eau et de la mettre sous tension pendant deux heures pour effectuer un test de « trempage » afin de voir comment la capsule gérait la chaleur de la rentrée. Les équipes utiliseront ensuite des bateaux pour remorquer la capsule dans le pont du puits de l’USS Portland, où elle sera sécurisée dans un berceau et le pont vidangé avant de se diriger vers San Diego.

L’amerrissage a conclu une mission longtemps retardée qui a commencé par un lancement sur le premier vol du système de lancement spatial le 16 novembre depuis le Centre spatial Kennedy en Floride. C’était la deuxième fois que la capsule Orion volait dans l’espace, après la brève mission orbitale Exploration Flight Test 1 en décembre 2014, mais la première à disposer du vaisseau spatial Orion complet qui comprenait le module de service européen.

Orion a survolé la lune le 21 novembre, passant à environ 130 kilomètres au-dessus de la surface alors qu’il effectuait une manœuvre pour envoyer le vaisseau spatial vers une orbite rétrograde lointaine autour de la lune. Orion est entré sur cette orbite le 25 novembre, quittant le 1er décembre et effectuant un autre survol lunaire et une manœuvre le 5 décembre qui ont remis le vaisseau spatial sur la bonne voie vers la Terre.

L’amerrissage a eu lieu 50 ans jour pour jour après que le module lunaire d’Apollo 17 ait atterri dans la région Taurus-Littrow de la lune lors de la sixième et dernière mission d’atterrissage lunaire Apollo. Aucun humain n’a été au-delà de l’orbite terrestre basse depuis la fin de cette mission.

Sarafin, lors du briefing du 8 décembre, a noté qu’Artemis 1 était la 65e mission de soutien aux vols spatiaux habités auxquels il avait participé. « J’adore les essais en vol », a-t-il déclaré lorsqu’on lui a demandé de comparer Artemis 1 avec Apollo 17. « La première fois que vous faites quelque chose est plus difficile qu’une répétition. »

« Les premières sont plus difficiles, parce que vous ne savez pas ce que vous ne savez pas », a-t-il déclaré. « Mais à mesure que vous arrivez à des missions de plus en plus difficiles, comme Apollo 17, cela devient une question plus difficile à répondre. »

La première mission Orion avec équipage, Artemis 2, devrait avoir lieu au plus tôt fin 2024. Quatre astronautes, dont un de l’Agence spatiale canadienne, feront l’aller-retour autour de la lune.

Jim Free, administrateur associé de la NASA pour le développement des systèmes d’exploration, a déclaré lors du briefing post-splashdown que la NASA prévoyait toujours de mener Artemis 2 environ deux ans après Artemis 1, en partie à cause des composants avonics de l’Artemis 1 Orion qui seront remis à neuf et réutilisés sur l’Artemis 2 Orion. « Nous voulons évidemment essayer de le faire plus rapidement », a-t-il déclaré, en appliquant les leçons tirées d’Artemis 1.

En ce qui concerne un équipage pour la mission, Vanessa Wyche, directrice du Johnson Space Center, a déclaré que la NASA voulait attendre qu’il soit clair qu’Artemis 1 était un succès avant de nommer un équipage. « Si tout va toujours bien et que tout semble bon, alors notre plan est de nommer l’équipage au début de 2023. »